TROP BOULOS, C’EST TROP!

« La dette de l’indépendance que les Français « NOUS » ont imposée a, en partie, appauvri le pays. Le scénario de PetroCaribe tend à « NOUS »  mettre dans la même spirale. 4,2 milliards de dollars américains ont été dépensés sans apporter rien de concret au pays et nos progénitures sont censées en payer le prix fort», avance l’homme d’affaires, soulignant que la demande du procès PetroCaribe doit être appuyé par tous les fils du pays ». (BOULOS dans Le Nouvelliste du 26 avril).

« NOUS»? Quels nous? Lui aussi tout particulièrement. La dette de l’Indépendance d’Haiti a aussi été imposée aux bergers du Moyen Orient ?

Il ne connaît pas le montant de cette dette bien que, dans sa première vie de berger, il était l’aïeul du président Jean-Pierre Boyer. Il pourra demander sa part du remboursement lorsque Aristide, par son héroïsme, ramènera, sur la terre de ses ancêtres, les vraies restes de Toussaint Louverture et le remboursement de la dette actualisée, sans manquer un sous. C’est pourquoi le calcul n’a pas laissé de côté même les centimes. On suppose maintenant qui est l’auteur de ce calcul actuariel présenté à Jacques Chirac.  

Ô pauvre mangeur de mouton !

Et il compatit avec nos progénitures auxquelles sera léguée une dette de 4.2 milliards de dollars qui n’aura servi à rien de concret. Cessez donc de mentir à ce peuple. Une dette de 4.2 milliards de dollars est un VULGAIRE MENSONGE répété constamment par Boulos. Et jusqu’à présent, en dépit du fait que le rapport des vérificateurs de la Cour des Comptes a révélé que de 2008 à 2016 nos opérations d’acquisition de pétrole avec le Vénézuela ont totalisé 4.2 milliards de dollars ventilées de la manière suivante : 1.9 milliard de dollars déjà payé (après un crédit de 30 jours) pour la consommation du pétrole acheté chaque jour à la pompe ;  (1)

612 millions de dollars: financement Centrales électriques;   

21 millions de dollars: financement service de la dette; 

20 millions de dollars: budget de fonctionnement de BMPAD  (2008-2016);

et 1.7 milliard de dollars transférés au trésor public dont 1.6 milliard destinés au financement de 409 projets environ. (2)

Juste 1.6 milliard de dollars  fait l’objet de vérification par la Cour Supérieure des Comptes. Pa gen oken dèt de 4.2 milya de dola ki disparèt, ki pa sèvi a anyen qui seront léguées à nos progénitures. Mensonge. Un mensonge de plus pour laisser croire que 4.2 milliards de dollars ont été volés. J’espère que le rapport de la Cour des Comptes viendra rappeler aux amnésiques ces millions de dollars d’équipements vendus sous l’administration de Préval et de Martelly et payés avec les fonds PetroCaribe. Cas flagrants de fraude parce que ces équipements n’ont pas tenu pour la durée de la garantie que seules les crises politiques qu’ils finançaient ont empêché l’administration publique de les poursuivre pour leur faire honorer leur part du contrat. J’espère que ce ne soit pas la même chose qui se reproduit avec les fonds de l’ONA qui ont servi à payer de nouveaux gros engins. On sait qui peut monter cent projets à la seconde en Haïti. Ce serait plus que criminel de voler les fonds de retraite de ces petits ouvriers qui ne comprennent rien.

Cela dit, la Cour travaille actuellement à la vérification de l’utilisation de ces 1.6 milliard de dollars. On ne doit jamais l’oublier :1.6 milliard et non 4.2 milliards. La loi a déjà tracé la voie à suivre et les procédures y relatives. Il ne revient à personne de faire pression sur les institutions pour imposer leurs propres procédures comme s’ils étaient dans leurs propres factories où ils ne respectent même pas le Code du Travail. Il faut laisser la Cour des Comptes opérer dans la plus complète légalité sans pression d’aucune sorte. 

 Ceux qui aiment très fort ce pays n’ont qu’à penser qu’en seulement huit ans Haïti a perdu 2 milliards de dollars occasionnés par le financement du déficit de l’EDH. Mais ça, personne n’en parle. C’est tout simplement un mauvais sort sur lequel il ne faut pas pleurer pour ne pas attirer plus de  mauvais sorts des Oracles.(des Loas).

Alors que le montant total de la dette d’Haiti dans les livres de PDVSA a été établi à 1.6 milliards de dollars, de ce côté-ci, les apatrides qui ont été à l’avant-garde de la nationalisation du pays par des ONG pour ravir à l’Etat depuis une quarantaine d’années des moyens pour se développer, cherchent à gonfler cette dette à 4.2 milliards. Pourquoi ? Quels profits en tirent -ils? Le même Boulos avait certifié sur les antennes de Radio Mega que les parcs sportifs avaient coûté 80 millions de dollars à l’Etat haïtien. Et ceux qui l’écoutaient y ont cru alors que les montants de ces parcs constatés dans le premier rapport de la Cour des Comptes tournent autour de 16 millions de dollars. Il cherche à grossir le montant de la dette pour mieux exprimer son amour du pays pour lequel ses ancêtres africains lui ont forgé cette nation. Pourquoi Jovenel n’utilise pas ses talents pour renégocier la dette vis-à-vis du Venezuela ? Je parie que de 4.2 milliards il le ferait baisser à 2.6 et personne ne soupçonnerait cette hausse de 1.6 à 2.6 milliards de dollars . Ça ne peut-être pour rien qu’il persiste et signe à grossir la dette à trois fois plus sa valeur réelle. Son patriotisme l’interpelle ! Le peuple déjà acquis à ce mensonge, le reste lui sera très facile.

En fait il n’a jamais été Américain… mais berger du Moyen-Orient, et finalement, précurseurs des héros de la Guerre de l’Indépendance même s’ils ont fait leur percée en Haïti sous Salomon. Boulos a toujours prétendu avoir beaucoup fait pour ce pays, mais personne ne pourrait s’attendre à le voir, un jour, revendiquer publiquement sa contribution au financement de la dette de l’indépendance nationale.

Oh non! De grâce. Trop, c’est trop…

Yves Germain Joseph

(1)…..tableau

( Voir page 27 du rapport de la Cour Supérieure des Comptes)

(2)…..tableau

( Voir page 28 du rapport de la Cour Supérieure des Comptes)

AUDIT SPÉCIFIQUE DE GESTION DU FONDS PETROCARIBE CSCCA

Related Posts